Une mise en œuvre réglementée

Les ouvrages plâtre doivent être réalisés conformément aux Documents Techniques Unifiés (DTU) correspondant. Les principaux étant :

Co-publié par l'Union Nationale des Artisans des Métiers et Techniques du Plâtre (CAPEB), l'Union des Métiers du Plâtre et de l'Isolation (FFB) et les Industries du Plâtre, ce document synthétise les principales évolutions de la version 2008 du NF DTU 25-41 régissant la mise en œuvre des ouvrages en plaques de parement en plâtre, plaques à faces cartonnées.

En savoir plus sur la NF DTU 25-41

Le marquage NF

Logo NF

Propriété de l'AFNOR (Association Française de Normalisation), la marque NF est une marque de qualité, qui atteste la conformité des produits et services aux normes en vigueur, qu'elles soient françaises, européennes ou internationales.

Ces normes sont enrichies de spécifications complémentaires pour répondre avec précision aux attentes du marché.

La marque NF s'applique aux produits industriels, de consommation et aux services.

La plaque de plâtre est un produit certifié NF depuis plus de 10 ans. De même les éléments d'ossature métallique pour plaque de plâtre font désormais l'objet d'une certification NF depuis 2008.

Le marquage CE

Logo CE

Afin de garantir un niveau minimum de sécurité tout en facilitant la libre circulation des marchandises au sein du marché unique, la Commission européenne a adopté, dès 1985, une nouvelle approche en matière d'harmonisation fondée sur des normes et directives.

La directive Produits de Construction énonce des exigences générales, dites essentielles, en matière de sécurité, de santé, d'environnement et de protection du consommateur.

L'apposition du symbole visuel "CE" matérialise la conformité du produit à ces exigences et permet à ces produits de circuler librement dans tout l'espace européen. N'impliquant pas systématiquement l'intervention d'un organisme notifié pour attester de la conformité des produits, il n'est qu'un simple passeport de circulation à travers l'Europe.

Seule la certification volontaire attestée par le marquage NF, la certification ACERMI ou CSTBat sont synonymes de qualité et d'aptitude à l'emploi.

les euroclasses

Dans le cadre de la libre circulation des produits à l'intérieur de l'Europe, la démarche sécurité incendie dans le bâtiment a évolué avec la mise en place d'un système européen de classement de réaction au feu des produits de construction.

Appelée Euroclasse, cette classification ne remplace pas les niveaux d'exigences de sécurité incendie définis par chaque état.
Elle vise à harmoniser les méthodes d'essais de comportement au feu des matériaux. Sans lien simple avec le classement M qu'elle va remplacer, cette classification qualifie les résultats aux essais de la manière suivante :

  • A1 et A2 produits dont la contribution au feu est nulle ou très faible
  • B, C, D, E produits ayant une contribution au feu faible à importante
  • F produits dont la performance n’est pas déterminée ou qui n'ont pas besoin de revendiquer des performances

Evolution majeure apportée par les Euroclasses, les méthodes d'essais de comportement au feu des produits s'appliquent aux systèmes constructifs et non plus aux matériaux. Il en résulte que la performance au feu des produits est évaluée dans les conditions d'usage final.

la rt 2005

Logo RT 2005

Depuis de nombreuses années, l'isolation thermique d'un logement est contrôlée par une réglementation afin d'améliorer la consommation énergétique des constructions.

Cette réglementation lie intimement le contrôle des déperditions par le biais de l'isolation, de la ventilation et de la menuiserie, aux problèmes de consommation en jouant sur les appareils de chauffage et l'orientation du bâtiment. Poursuivant les exigences de la RT 2000, la RT 2005 va renforcer la RT 2000 en réduisant de 15% les consommations d'énergie en neuf, en résidentiel ou non.

La RT 2005 propose cependant de nouveaux aménagements, tels que :

  • L'utilisation de l'énergie primaire comme dénominateur commun pour comparer les kW d'électricité et de gaz : le Cepmax,
  • L'intégration de l'aspect bioclimatique dans la référence, en thermique hiver (apports solaires) et en confort d'été (volets d'occultation, toitures végétalisées…),
  • L'introduction de la climatisation afin d'en maîtriser le recours. Elle sera uniquement intégrée dans le calcul,
  • Le renforcement des exigences sur les équipements et les matériaux,
  • La mise en place d'un système de contrôle qui se concrétise par la remise d'une synthèse de l'étude thermique à l'acheteur.